Le projet ‘Registre des subventions’ donne un aperçu clair des flux de subsides flamands.

Personne ne sait combien de subventions le gouvernement flamand verse. Quelles sont les différents subsides impliqués ? Qui sont les plus gros clients ? Un registre des subventions a donc été créé afin d’avoir une belle vue d’ensemble, et les données y sont essentielles.

Les données sur les subventions proviennent de diverses sources (voir l’aperçu visuel ci-dessous), ce qui pose un certain nombre de problèmes pour l’établissement du registre des subventions.

Beaucoup d’informations proviennent d’Orafin, le système de comptabilité à partir duquel les paiements sont effectués. Toutefois, le titre de la subvention ne figurait pas dans le système, par conséquent, il n’était pas possible de déterminer le cadre dans lequel le paiement a lieu. Nous avons ajouté cette information à Orafin pour commencer.

Diverses entités, dont les départements WVG et VLAIO, souhaitaient également capturer des données à partir de systèmes de traitement de fichiers. Elles ont besoin d’informations supplémentaires sur la durée du projet ou sur le bénéficiaire effectif pour éviter les doubles paiements de subventions. Elles disposent actuellement des données relatives à leurs propres flux de subventions, mais pas des subventions que d’autres entités ont versées au même bénéficiaire.

En outre, il est important que toutes informations concernant les entreprises qui reçoivent des subventions de la BCE puissent également être consultées dans le registre. Dans quel secteur l’entreprise opère-t-elle, où est-elle située et quel type d’entreprise est-elle ? Ceci fournit des informations intéressantes sur la politique de subvention flamande.

Vue d’ensemble grâce à la virtualisation des données

Les données nécessaires sont stockées de manière décentralisée et doivent le rester. De plus, chaque entité a son propre système et sa propre façon de travailler. Il est donc difficile de donner une vue d’ensemble. Cependant, la plateforme Denodo a fourni une solution. La plateforme aide les entreprises et les organisations à rendre les données disponibles plus rapidement et à moindre coût pour pouvoir les analyser et les visualiser. Grâce à Denodo, tous les blocs de données ont pu être cartographiés sur un modèle commun et les données restent chez les propriétaires.

« Informatie Vlaanderen n’avait pas l’intention de créer une base de données. Toutes les données restent décentralisées chez les entités mais le Registre des subventions vous donne une vue d’ensemble de toutes les sources distinctes qui restent dans les entités et les propriétaires respectifs », explique Sarah Spiessens – Responsable produit Registre des subventions.

Un modèle de données a été créé pour décrire l’information qui contient les subventions. L’objectif est d’arriver à une sémantique commune. Il s’agit de tous les attributs de données qui sont pertinents dans le contexte du Registre des subventions. Denodo aligne ensuite toutes les données disponibles provenant de différentes sources sur le modèle central. Par exemple, vous avez une mesure, telle qu’une prime de rénovation et une entité adjudicatrice, telle que Wonen Vlaanderen (vivre en Flandre). Bien sûr, il y a aussi un bénéficiaire, par exemple Pol Janssens, qui a rénové sa maison et s’est vu attribuer une somme d’argent. Cela comprend une décision et un paiement.

« Chaque source a sa propre sémantique et sa propre façon d’être consultée, c’est ainsi et cela doit le rester. Grâce à la virtualisation des données, nous nous assurons de pouvoir cartographier les données. Pour donner un exemple : dans un système de traitement de fichiers, il est écrit ‘accordé’, dans Orafin ceci est appelé ‘saisi’ et dans notre système il est écrit ‘décidé’. Grâce à Denodo, nous savons qu’il s’agit du même sujet reconnu. Voici l’un des grands avantages. Peu importe d’où vient l’information ou comment elle est formulée, Denodo nous permet de la reconnaître et de la rassembler de la bonne manière », explique Dorien Bauwens – Responsable produit Registre des subventions.

La prochaine étape?

Bien entendu, il s’agit maintenant d’attendre la direction que le prochain gouvernement flamand souhaitera prendre à cet égard. Sarah explique plus en détail :

« Nous remarquons différents soutiens sur plusieurs fronts, mais bien sûr, il y a beaucoup à faire ici. Il existe par exemple diverses situations juridiques, politiques et financières. En fonction des choix politiques et des ressources qui seront libérées pour ce projet, nous pourrons établir les prochaines étapes.  À suivre ! »