De Watergroep n’a pas ménagé ses efforts pour son Mobiel Kantoor (MoKa)

Proposer un outil numérique convivial, innovant et fiable pour rendre le travail plus efficace : c’était le premier défi de De Watergroep. Le second défi a consisté à le déployer de manière adéquate à tous les niveaux. Bert De Winter et Annik Smolderen nous retracent l’histoire.

L’étape du numérique

De Watergroep va équiper chaque collaborateur des centres de services sectoriels d’un appareil mobile et d’applications mobiles pour la gestion en ligne et en temps réel des missions de service. L’ensemble forme un bureau mobile (MoKa) qui présente de nombreux avantages, grâce à la liaison avec un progiciel de gestion intégré (PGI) au niveau central. Nous pouvons maintenant mieux prévoir, planifier et évaluer toutes les missions sur le plan du budget, du matériel, etc. Fini l’excès de dactylographie et les autres tâches superflues !

Geo Solutions en Freebility du groupe Cronos ont été notre partenaires pour la conception. Geo Solutions a l’expérience qu’il faut et a mis l’accent sur l’ergonomie, un pilier crucial du projet MoKa, avec la fiabilité et la modernité de la technologie. L’application a été créée entièrement sur mesure, pour être adaptée aux besoins et au mode de travail de De Watergroep.

« Avec MoKa, De Watergroep frappe un grand coup en matière d’efficacité. C’est un investissement, mais un investissement essentiel qui portera ses fruits à long terme », commente Bert De Winter.

Pour l’appareil mobile, nous avons testé des marques professionnelles comme Panasonic et des marques grand public comme Dell. Après plusieurs essais, les collaborateurs des centres de services sectoriels ont opté à l’unanimité pour Panasonic, en raison de la convivialité.

« Avec MoKa, ils économisent littéralement 40 kg de papier, car tous les plans sont numérisés. Multipliez cette quantité par le nombre de camionnettes en circulation, et nous pouvons clairement parler d’une solution durable qui utilise moins de papier et de camionnettes qui réduisent leur empreinte écologique », poursuit Bert De Winter.

Une gestion en profondeur du changement

Nous avons commencé par une évaluation, exécutée par ChangeLab, pour avoir un bon aperçu des préoccupations au sein des centres de services sectoriels et de la position de chacun vis-à-vis de MoKa.


La création et la pré-planification de toutes les affectations de service dans l’ERP sont une condition nécessaire pour travailler avec MoKa. Nous avons organisé des tournées d’information, au cours desquelles les chefs d’équipe (tous les chefs des centres de services sectoriels) se sont réunis, pour ensuite assurer le briefing des collaborateurs sur le terrain. Les syndicats aussi ont reçu des explications.

Nous avons créé toutes sortes de supports de communication, comme des bulletins d’information, une liste des questions fréquentes, des posters, des brochures, des articles dans le magazine de l’entreprise, des vidéos, des présentations PowerPoint, des trucs et astuces… Le but était d’informer et d’enthousiasmer les gens en variant les supports visuels et textuels. The Learning Hub a développé la plate-forme d’apprentissage en ligne pour ce matériel.

Learnia a commencé à donner une formation en classe par groupe-cible. De Watergroep a ensuite pris la relève et a donné les formations.

« Au sein de De Watergroep, MoKa représente vraiment une solution pour et par les centres de services sectoriels. Plusieurs analystes de l’équipe MoKa viennent des centres de services. Ils connaissent les procédures comme personne, et sont aussi les parfaits interlocuteurs commerciaux. Nous les impliquons donc dans les différentes étapes et sollicitons régulièrement leur feed-back », commente Annik Smolderen, responsable de projet informatique et coordinatrice chez De Watergroep.

Le déploiement a commencé fin 2017 à Neerpelt (le premier des 21 centres de services sectoriels). Après la formation, trois personnes se sont lancées. Elles sont entrées en piste avec un accompagnateur qui leur a donné des trucs et des astuces. Après quelques jours, c’était au tour des suivants, et après deux semaines déjà, soit beaucoup plus vite que prévu, 17 personnes effectuaient leurs tournées avec MoKa.  Notre CEO Hans Goossens aussi a participé, et a accompagné un collaborateur de terrain dans sa tournée. C’était un signal fort qui a stimulé l’ensemble du processus de déploiement.

À la fin de la première semaine, le chef du secteur de Neerpelt a envoyé un e-mail détaillé au management et à l’équipe MoKa pour les féliciter de l’accompagnement fourni et des résultats obtenus. « C’était pour nous un signal très encourageant, car de tels changements se heurtent souvent à l’incompréhension. Raf nous a pleinement suivis dans le processus, l’a pris en charge, et a assuré un bon encadrement avec une note positive. La motivation de tous est évidente, et l’équipe MoKa peut être fière de ce qu’elle a accompli », se réjouit Annik Smolderen.

Tout le monde à bord

À terme, l’ensemble des 350 collaborateurs sur le terrain utiliseront MoKa.

À Neerpelt, tout est stable, et les derniers problèmes sont en train d’être réglés en vue de la prochaine vague d’implémentation. L’objectif est d’aboutir à un déploiement complet vers fin 2019.

Les autres centres de services sectoriels ont déjà hâte de démarrer. S’ils s’en sortent bien avec le système de PGI et créent toutes les missions de service à l’avance, ils entreront en considération pour le déploiement suivant.

Deux nouveaux centres de services commenceront en juin, et les autres suivront en septembre. En janvier 2019, les autres groupes-cibles leur emboîteront le pas, dont les releveurs d’index et de compteurs.