Sport Vlaanderen et le Groupe Cronos développent ensemble un système de suivi des athlètes

Souvent, ce sont les détails qui font la différence entre la médaille d’argent et la médaille d’or. Un environnement qui favorise les prestations des sportifs de haut niveau ne consiste pas seulement en une infrastructure d’entraînement et en un accompagnement de qualité. Il est tout aussi important de les aider à évoluer en consignant et en analysant toutes les informations possibles à leur sujet et en établissant des rapports objectifs.  

C’est pourquoi Sport Vlaanderen et le Groupe Cronos ont uni leurs forces pour développer un système de suivi des athlètes sur mesure pour nos sportifs flamands de haut niveau.

Panega Sports for Sport Vlaanderen à partir de QuESD nv sur Vimeo.

Cronos n’est pas un acteur inconnu sur le marché de la technologie sportive : son offre comporte déjà un éventail de possibilités, comme SoccerLAB, TennisLife et InTheRace.

Panega Sports, la dernière nouveauté du portefeuille sportif de Cronos, fait l’objet d’un développement plus poussé en partenariat avec Sport Vlaanderen pour pouvoir satisfaire les besoins en matière de gestion de données de toutes les fédérations sportives agréées.

Les sports comme le kayak et l’handisport ont d’autres exigences pour le suivi de leurs athlètes que le tennis ou encore le football. Actuellement, ces sports moins pratiqués sont renvoyés à des systèmes non spécifiquement développés pour le suivi d’athlètes. Mais pour soutenir au mieux chaque fédération sportive agréée, un système sur mesure est indispensable. C’est ce qui permet de faire la différence et de prendre l’avantage sur l’adversaire.

Dans le cadre de ce projet commun, les besoins des fédérations sportives de haut niveau sont comparées à l’offre actuelle des systèmes de Cronos. Au moyen d’une liste de lacunes, des configurations supplémentaires sont ensuite mises en place sur une période de deux ans. Ainsi, les fédérations disposeront d’un système de suivi des athlètes stable et sur mesure pour les Jeux olympiques de 2024 à Paris. Mais cela ne veut pas dire que les fédérations sportives de haut niveau devront attendre jusque-là. La première version sera lancée vers la mi-2019. Le COIB aussi s’est joint à l’effort. Le module médical sera mis en œuvre aux Jeux olympiques de Tokyo pour mieux encadrer les athlètes flamands sur place.